Motorisation

Retrouvez ici tous les dossiers et informations des SangriAquilamis au sujet des moteur de Sangria, d’Aquila, in board comme hors bord..

 PDF_Logo Un dossier complet de Remember sur la dépose/remise en état/remontage d’un moteur Yanmar YS8 (pdf de 2 Mo) et un autre sur un problème d’échauffement (pdf de 100 Ko)
Un dossier complet de Cap Vert III sur la dépose/réparation/remontage d’un moteur Inboard d’Aquila (pdf de 2 Mo)
Un pense bête utile pour aider à trouver l’origine d’une panne de la part de Jean Paul
La notice de conduite et d’entretien du DB1-RC6 (avec rupteur) de Robert Ansaud (pdf de200 Ko)
Alain Bottemanne vous propose l’essentiel de la notice du RC8D en le condensant sous la forme d’un fichier
Plusieurs dossiers complémentaires sur le RC8D : Démontage et remontage de culassele refroidissement le culbuteurle joint de culassela culasse
Retrouvez le dossier moteur de Jugland présenté à l’occasion de l’atelier moteur de l’association (ppt de 5Mo) : atelmoteur
Un dossier de l’Autan sur le changement du réservoir de gazole d’un Aquila

corde

Retrouvez sur ce site (http://www.motoren.ath.cx/) toute les notices de moteurs diesels marins

corde

Commandes à distance d’un hors bord de Sangria (par Claude du Sangria ORPHIE)

corde

Moteur YANMAR

de Jean-François : Je suis à la recherche de quelques éléments, documents ou informations concernant le moteur Yanmar.
de Daniel : Concernant la documentation technique du moteur Yanmar il faut téléphoner chez Fenwick qui distribue la marque Yanmar au 01 40 10 67 00 (fax 01 40 10 67 72) Ils sont très sympas et pourront certainement t’envoyer un duplicata de la notice de ton moteur.
Jean Mi : j’ai de la doc concernant le moteur Yanmar YSE 8cv DIESEL J’ai refait mon moteur avec l’aide d’un lycée. Donne moi ton adresse pour que je t’envoie ce que j’ai, au total 47 pages.

de jo.mart : Possède un grand choix de pièces détachées pour tous types de moteurs Yanmar, même les anciens moteurs ». Contact : Freinet marine – 60 rue Montcalm – 75018 Paris. Tél : 01.42.55.38.15 – @mail : ffreinet@club-internet.fr

de Jean Claude de Pen Hoat : PMPP à Pornic commande les pièces pou Yanmar.
Adresse : PMPP – 10 rue Bonnette – ZA du Bout Blanc – BP 3016 – NANTES
Bureau: (05) 46 50 62 81 – Fax pro.: (05) 46 44 81 33 – Adresse de messagerie: pmpp@wanadoo.fr

de Steven’s : J’ai changé le vieux YS8 Yanmar de mon Sangria par un 12 cv Lombardini (moteurs industriels italiens) et à part une modif de l’inclinaison de la chaise il rentre tout seul. J’ai équipé l’arbre d’hélice d’un joint tournant (glace graphite de chez Maucourt à Nantes et de puis plus une goutte d’eau et pas la moindre usure). En ce qui concerne le moteur qui est maintenant un bi-cylindre c’est le silence ENFIN quand le vent manque et que seule la risée Diesel nous permet d avancer. Si vous souhaitez avoir de plus amples détails sue cette transformation n’hésitez pas a me poser vos questions (STEVEN’S Port d’Arradon).

corde

Quel type et quelle puissance ?

de Georges : Je suis en possession d’un sangria 1977, basé à Marseille et j’ai un vieux moteur HB Yamaha de 8 cv, il est très fatigué car il a le même age que le bateau. Je cherche un moteur HB arbre long, mais je ne sais pas, quelle est la meilleure puissance. Nous cherchons donc des conseils pour l’achat d’un moteur HB et la puissance conseillée ?

de Jean Sébastien : après renseignements pris auprès de professionnels, j’ai équipé mon Sangria d’un HB  8 cv arbre hyper long (…marque Tohatsu…). Le résultat est parfait (pour un HB !)

de Christophe : propriétaire récent d’un Sangria 1975 équipé d’un in-board Renault-Couach essence RC6, je me suis intéressé à ta problématique après que le collecteur d’échappement ait cassé et avoir découvert que pour  une pièce neuve (rare) il faut débourser  2200 F (cher). Était il temps de passer au HB d’occase? Pré-étude interrompue (pour longtemps j’espère)  après avoir trouvé une pièce d’occase à 100 F. Voila ou j’en étais : pour acheter 1 HB (neuf ou d’occase) à un budget donné, je pense qu’il faut hiérarchiser les priorités de la façon suivante : arbre long, made in Japan =  fiabilité, 4 Temps, hélice de poussée: gain en perf. de seulement 10 % en marche avant mais de 30% en marche arrière! très important avec un HB, alternateur si centrale de nav à bord, puissance: 6 à 10 cv. La puissance joue sur le prix mais aussi sur  le poids du HB, suivant le programme de nav le poids sera important : si tu sors pour de longues virées avec risque de pétole ou de longs bords HB avec le mistral dans le nez, 1 x 10 cv te permettra de faire face sans fatiguer la mécanique. Si le HB ne te sert qu’à rentrer-sortir du port avant de hisser, pourquoi se lester ?

de Gunter : j’avais un moteur HB Yamaha 8 cv, que j’ai remplacé en mai 2001 par un Envirude 8 cv arbre long. Chose a ne pas recommencer car la prise d’eau de l’Evinrude est beaucoup plus haute que le Yamaha. J’ai du baisser la chaise de 8 cm, car quand je me situais à l’avant du bateau le moteur n’avait plus de refroidissement. Par contre, maintenant que le moteur est plus bas, il est plus difficile de démarrer et quand on est plusieurs à l’arrière le moteur est a la limite de la noyade. J’ai vu après coup ( merci pour le conseiller Envirude qui ne m’en a surtout pas parlé) que plusieurs constructeurs, dont Envirude, font des moteurs arbre long XL (arbre encore plus long que AL). Sinon les  8 cv me semblent suffisants.

d’Arnaud : la puissance maxi ou la meilleure semble être 8 à 9 cv maxi plusieurs raisons à cela : le poids mal placer à l’arrière du bateau, la solidité du tableau arrière, la puissance maxi indiquée sur la plaque constructeur. En panne de in bord cet été on m’a prêté un HB de 15 cv trop lourd impossible de le pousser un peu le tableau arrière bougeait et à moins de la moitié de la puissance on marche déjà a 5 / 6 nœuds. De de plus ça pompe beaucoup !

de Stéphane : Personnellement je possède un 8 cv Johnson arbre « Ultra Long  » jusqu’ici il ma suffit mais j’avoue ne pas m’en servir beaucoup. Pour le bon choix il faut savoir ce que tu veux faire le plus souvent, si comme moi tu navigues essentiellement à la voile 8 cv suffise par contre si tu remontes quelques courts d’eau ou parcours plusieurs nautique régulièrement au moteur alors c’est un peu faible. Courant et vent fréquent je te conseillerai un 9.9 cv mais la première question est que lui demanderas-tu. Mais attention je crois avoir vu qu’il était recommandé un 6 cv sur la plaque arrière du bateau. Il ne serait pas inintéressant de connaître la réaction de l’assurance si tu utilise une puissance supérieure. Donc pour résumer 8 cv suffisent sauf si tu parcours des longues distances au moteur.

d’ Anne-Marie : J’ai acheté, il y a un an et demi, un hors-bord Yamaha 6 cv pour mon Sangria, basé à Tréguier (22). C’est suffisant pour atteindre une vitesse de 4,5 noeuds. Le seul point noir c’est la marche arrière dans les manœuvres de port, ça manque sérieusement de puissance. Auparavant j’avais un Yamaha 8 cv. En fait, c’est le même moteur, mais débridé. A l’époque, le prix était bien plus intéressant pour un 6 cv et le vendeur m’avait proposé de le débrider en 8. Je fonctionne pour le moment avec l’hélice standard, l’année prochaine, je vais remettre ma vieille hélice à forte poussée, pour voir si c’est mieux en marche arrière. Il faut savoir que mon choix de moteur a été essentiellement guidé par son poids (environ 28kg). Je dois pouvoir le monter et le descendre sur une chaise à glissière et je ne suis pas une force de la nature ! Donc un 10 cv 4 temps à 40 kg était exclu. Par ailleurs, l’utilisation d’un hors bord en mer dès qu’il y a un peu de vagues n’est guère possible. Pour limiter le tangage, on peut mettre un peu de toile à l’avant, l’hélice reste un peu plus dans l’eau. Bon achat !

corde

In ou hors-bord ? that is the question

Moteur in ou hors bord de Paul Cojez : Je vous donne mon expérience dans ce domaine. Mon ancien RC8D ayant rendu l’âme il y a trois ans, la question se posait de son remplacement par un in ou hors bord. Après réflexion approfondie et m’être arrêté quelque temps sur le Yamaha 4 temps hors bord 9,9, j’ai pensé qu’il était bien dommage de ne pas profiter des avantages procurés par un bon diesel in et j’ai donc fait poser un Nanni diesel inbord 10 cv pour un coût de 25.000 Fr TTC à l’époque, sur mon sangria NV Sirius. Nous sommes trois à avoir fait le même choix dans le port de Boulogne s/Mer et personne ne regrette ce choix : c’est fiable, ça consomme à peine 1 litre à l’heure, c’est non polluant en ce qui concerne les moteurs récents, le couple est appréciable dans le mauvais temps quand il faut s’en servir et on trouve du gas-oil dans tous les ports sur le ponton dévolu mais jamais d’essence à l’étranger où je navigue principalement : Angleterre, Belgique, Hollande, le gas-oil est en outre détaxé. La sécurité est absolue et le poids (environ 80 kg) en fond de cale moteur ajoute à la stabilité. Alors pourquoi se compliquer avec l’installation d’une chaise sur le tableau AR qui n’a pas été conçu pour supporter le poids d’un HB 4temps. De plus avec les nouveaux joints tournants type Ercem aucune goutte d’eau n’entre dans les fonds. On perd peut être quelques dixièmes de nœuds avec une hélice bi-pale, mais avec un arbre long HB l’hélice trempe aussi dans l’eau au tangage. Alors pourquoi se compliquer la vie avec un HB essence, ce carburant étant dangereux à stocker à bord d’un bateau comme chacun sait.

du hors au in …

de Jean-Marie : REDER MOR, n° 2000 de la série, est équipé d’un moteur hors-bord de 9 cv et je souhaiterais l’équiper d’un moteur in-bord. Que me conseillez-vous et vers qui puis-je m’adresser ?

de Bernard : le tout est de savoir quelle est l’utilisation du moteur : partir du mouillage ? accoster (mouillage, bouée, quai), se promener en risée gas-oil, tracer une longue route sans vent, etc. J’avais un in-bord Yanmar 8 cv, excellent, robuste, increvable. Un peu faible toute fois en cas de gros coup de vent, on le fait cracher avec l’inquiétude de le voir s’arrêter. Il faut éviter de marcher voile + moteur avec de la gîte car la bulle d’air arrive très facilement dans le circuit gas-oil et stop ! il faut réamorcer en eaux calmes et au calme ! donc plus tard ! Bien sûr, il ne faut pas oublier la surveillance régulière du presse-étoupe. Maintenant j’ai un self drive (Volvo 19 cv) dans le nouveau bateau, l’hélice directement sous le moteur. Plus de presse-étoupe mais de bons joints solides qui tiennent au moins 10 ans. Problème : c’est un peu cher. L’ennui du HB est les vagues qui le font déjauger. En temps agité, il peut s’avérer inefficace.

de Dominique : Après renseignements pris chez Jeanneau, le Sangria hors-bord ne peut être passé en in-bord pour des raisons, semble t-il, structurelles. A voir cependant peut-être au près d’un chantier, mais là, je ne connais personne.

de Jean : J’ai longuement étudié le problème. J’avais trouvé que le petit Lombardini était très bien. Le Yanmar avait l’air pas mal non plus. Ceci étant, j’ai préféré re-motoriser mon in-bord avec un hors-bord. A cela plusieurs raisons :
– gain de place à l’intérieur pour ranger l’annexe, voir la survie.
– le coût d’entretien.
– les performances en croisière sont quasi identiques.
Reste les points négatifs: Manœuvres au port par vent fort (surtout en marche arrière), la consommation supérieure du 2 temps par rapport au diesel et l’absence d’un alternateur digne de ce nom. Je dois enfin vous signaler que si votre bateau était prévu à l’origine en hors-bord (il y a eu quelques Sangria comme ça), renseignez-vous bien en ce qui concerne la construction de la chaise d’arbre dans le but d’implanter un in-bord. Ce n’est pas le plus facile et cela s’ajoutera à la difficulté d’aligner le tube d’étambot. Bon courage !
P.S : compte tenu de mon programme de navigation (jamais plus de quatre jours hors prises de courant) et des 200 Ah de batteries à bord je ne souffre pas du manque d’alternateur. J’ai également rajouté 40 litres de réserve en carburant. En définitive je suis très content de la solution du hors-bord 10 cv. La plupart des propriétaires autour de moi ont fait pareil où sont en train d’y réfléchir…

de Benoît : Pour info, j’ai inventé un système de chaise moteur hors bord qui permet de faire un monte et baisse de moteur verticalement par un bout de traction avec palan donc sans effort et en position confortable, de lui permet de pivoter avec la barre ce qui assure des possibilités de manœuvre performant. Ce système compense largement le handicap hors bord. J’ai pensé à une époque monter un in-bord… Les problèmes que soumet ce choix n’est pas simple et très coûteux.

du in au hors …

d’ Olivier : Je suis sur le point de remplacer le IB d’origine YANMAR 8cv par un Hors bord arbre ultra long. J’hésite entre le Yamaha 4 temps forte poussée 8cv ou 9.9, sachant qu’en cas de pétole je puisse quand même avancer à 5/6 nœuds. Se pose également le problème du poids du moteur sur le tableau arrière (le 9.9 pèse 50 kgs !).

de Pierre-Alain : J’ai fais le même choix, c’est-à-dire passer du in-board au hors-bord. Ce choix c’était imposé de lui-même dans la mesure où le moteur Renault qui était embarqué quand j’ai acheté le bateau était définitivement HS. L’ancien propriétaire avait un Yamaha arbre ultra long. Il est vrai que le moteur est lourd, ceci dit quand j’ai débarqué le in-board, le bateau a retrouvé ses lignes d’eau. J’ai déposé l’arbre d’hélice et résiné la sortie d’arbre. Au résultat, j’ai gagné presque 1 nœud, des manoeuvres de port facilitées, et un grand coffre bien utile sous la descente.
Quand au Yamaha, il m’a comblé : j’ai pu l’éprouver sur une traversée de retour de Corse qui s’est finie par un gros coup de Mistral. Il n’a jamais déjaugé et m’a permis d’avoir le bateau toujours manœuvrable. J’ai du le changer suite à l’incompétence d’un mécanicien à qui je l’avais confier pour une révision (ils ont décalé la distribution en faisant tomber le moteur et ont malgré tout fait des essais à haut régime = une soupape a traversé le piston !. Bref, j’ai maintenant un Honda arbre long auquel il manque malheureusement la mention ultra. Je regrette le Yamaha.

d’ Olivier : Je viens de remplacer mon moteur inbord Yanmar YS8 par un HB Yamaha modèle 4 temps 8 cv – hélice forte poussée – démarrage manuel mais équipé d’un alternateur pour la recharge de la batterie – le top ! (modèle Yamaha FTDMHX – ARBRE ULTRA LONG). La consommation est ridicule, environ 4 litres pour 2h30 de marche à 5 nœuds (1/4 de la puissance !) – marche arrière impeccable, manoeuvres au port très faciles, sans compter que sous voile, j’ai noté un écart de vitesse d’au moins un noeud du fait de ne plus avoir la traînée de l’hélice. Du coup, j’ai plus de place pour les rangements et je ne suis plus gêné par le bruit du moteur à l’intérieur de la cabine. Bref, il y a certes quelques petits inconvénients : stockage plus risqué de l’essence, moteur à protéger en cas de chocs à l’arrière (surtout dans les ports), changement de l’échelle de bain. Important, le moteur pesant tout de même 45 kgs, il faut prévoir une chaise supportant ce poids (modèle de chez accastillage bern).

corde

Entretien

d’ Alain : Comme tous les ans, je fais réviser mon moteur hors-bord – Evinrude 9.9 cv arbre long  année 77 – Cette année, l’entreprise m’annonce que mon moteur chauffe car le conduit d’eau est bouché par le sel et me demande un devis de réparation de 500 euros. Ce qui inconcevable vu l’ancienneté du moteur. Avez une solution pour me permettre d’attendre un an et de le faire fonctionner ?

de Jean-Claude : le problème est qu’il faut toujours rincer le moteur à l’eau douce dans un tonneau après un usage, ou le laisser toujours tremper dans l’eau. Cela empêche le dépôt de sel par séchages successifs. Le laisser dans l’eau douce pour dissoudre le sel qui a séché au fur et à mesure des sorties et donner un coup d’air comprimé dans le trou de la pissette après plusieurs jours de séjour dans l’eau douce. Il faut pendant ce séjour dans l’eau douce donner quelques tours avec le lanceur sans démarrer plusieurs fois par jours. Il faut peut être vérifier l’état de la pompe à eau dans le pied du moteur.

Réponse laissée sur le forum : Suite à un remplacement de mes 4 cylinblocs, j’ai effectué mon alignement moteur. C’est réalisable pour quelqu’un sachant manier une clé de 19mm, 17mm et un jeu de cales.
Tout d’abord enlever les 4 boulons écrous du tourteau et le décoller. Utiliser ensuite le jeu de cales.
Il faut rapprocher le tourteau pour qu’une cale de 30 centième passe juste sur la partie supérieure (par exemple). Puis contrôler tous les 90° (donc 3 fois de plus) et en déduire l’infime déplacement du moteur (ou pas si les 4 valeurs sont identiques). Pour déplacer le moteur la plage de manœuvre est étroite.
Pour le réglage latéral il faut débloquer les 4 écrous de 19 mm des cylinblocs et bouger le moteur à gauche ou à droite suivant le besoin. Si ce n’est pas suffisant, desserrer les fixations des cylinblocs  (les 8 tire-fonds) pour gagner un peu plus d’amplitude. Pour le réglage en hauteur il faut mettre ou retirer des cales (le miens en a 3 d’origine de 1,30 mm sur les cylinblocs avant). Je n’y est pas toucher.
Le plus important : la tolérance doit être de moins 10 centième de mm. Plus on se rapproche de zéro mieux c’est. Ensuite on re-bloque tous les écrous moteur, on contrôle le jeu et si cela n’a pas bouger on remonte le tourteau.

corde

Astuces

Voici le système de palan installé par Christian Quideville  sur PITER pour relever son HB sans se « déglinguer » le dos.

palanhb

Une poulie double avec coinceur suivie d’une poulie violon double. Bout de  6 ou 8 suivant les goûts. Sous la poulie violon, on peut voir le bout en spectra qui passe plusieurs fois entre le barreau supérieur de la chaise et l’extrémité de cette poulie afin d’assurer la solidité de cette liaison. Évidemment, la longueur est à ajuster afin que lorsque la poulie violon vient toucher la poulie avec coinceur, la chaise soit en position haute. La liaison avec le balcon se fait avec ce même type de bout.
Afin de ne pas laisser le palan sous tension permanente, je mets un bout en double (non visible sur la photo) afin d’assurer les 38 kg du moteur

Autre système, celui adopté par Gwenhael Alain
« J’ai finalement opté pour la solution la moins onéreuse : une chaise à ressorts à 67 euros en inox et bois prévue pour « 15cv » que j’ai installée avec une contre-plaqué en inox (récupérée) en renfort intérieur du panneau arrière : c’est parfait pour ce moteur Honda 8 cv 4 temps arbre extra-long de 38 kilos qui se relève très facilement (avec deux doigts si on veut) grâce aux ressorts, il faut juste bien calculer la hauteur où on installe la chaise de manière à avoir son moteur assez profond dans l’eau en position basse pour ne pas déjauger à la moindre vague et bien hors de l’eau en position haute + inclinaison du moteur, la portée verticale de ces chaises à ressorts est donc largement suffisante pour un sangria et ce type de moteur (après essai) et pas de problème de solidité ou de vibrations comme le prédisaient certains amis sceptiques ».

barcouplee

 

Et maintenant un système inventé par Hugues Fleury sur P’TIT POTE II pour manœuvrer le HB.

Astucieux et pratique, il lui a valu de passer dans le « Voile magasine » de décembre 2003 (et de gagner un magnifique stick EA Spinlock pour l’astuce de mois).

Sangriaquilamis